Concerts 2017

Sélection de quelques uns des concerts que j’ai pu voir cette année 🙂

Les coups de cœurs sont en rouge ❤

 

Publicités

De la playlist de ménage :)

Aloha !

Cette journée s’annonçait aussi tranquille qu’une partie de scrabble jusqu’à ce que je repense au Podcast enregistré hier avec les copaings .
Dans une des rubrique nous avons parlé musique, plus précisément des artistes des 10 dernières années qui nous ont marqué, puis de ceux qui ont marqué la planète tout court.

Alors ce matin, après un café au lit et le dernier chapitre de mon livre du moment achevé, j’ai doucement repris le fil de mon vieux compte Deezer… et croyez moi, y’en a  de la perle !! De sonorités en mouv’ du booty me voilà à renflouer une vieille playlist intitulé « ménage ». Ah oui, il fut un temps où je commençais toujours mon ménage par « Mars Needs Women » (de lui là), voilà, voilà…

C’est donc pleine de nostalgie que je vous fait part de cette sélection; toujours pareil, du tout et beaucoup de n’importe quoi mis dans un ordre à la noix.
J’ai hésité un bon moment et je m’suis dit que 8h45 de musique ça ne fait de mal à personne 🙂

 

LA V’LÀ

 

 

Non je ne mets pas 8h45 à nettoyer mon lieu de vie

obsiouly

BOBYE !

 

Good vibes.

Wingapô

Ce soir pas vraiment d’inspiration musicale, du coup je vais voir mon gars sûr, aka Spotify, clique nonchalamment sur la playliste « au calme », le premier titre est de Macklemore & Ryan Lewis, « tien, ça fait longtemps ». J’écoute et me rends compte que la pochette de l’album ne me dit rien, normal, j’ai loupé la sortie du dernier album :/

C’est donc une découverte, un petit coup de nostalgie, souvenirs de mes années sudistes où j’avais bougé mon booty sur The Heist, OUI J’ASSUME et une bonne dose de good vibes. Ok, c’est peut-être aussi dû au fait que je suis en vacances, que je reviens du soleil et y retourne demain, toussa. Il n’empêche, c’est sympa, assez proche de The Heist mais on s’en fou, le p’tit flow et les paroles cool sont là.

Ok… « Dance off » n’est pas faite pour moi et j’ai du mal avec Ed Sheeran, mais j’ai écouté le reste de l’album avec mes petites émotions, pas de tsunami ni de désert, juste un moment détendu.

A bas le snobisme musical, surtout quand c’est le leitmotiv’ du dit album « Music was never intended to be programmed to, manufactured and turned into a commodity. Music was intended to be that one thing that we could rely on to disrupt the norm. Start conversations and change the way that we think and we feel ».

– La musique n’a jamais été faite pour être programmée, standardisée et changée en une marchandise. La musique a été conçue pour être la seule chose nous permettant de perturber la norme. Commençons à parler et changer notre façon de penser et de ressentir. –

Not being afraid of the platform we were standing on.
Not creating from a place of « don’t fuck it up » ,
but creating a place of fuck it up.
Look at the mess.
Not just the one that we created,
but the one it is the very fabric of our country.

The mess we’re all living in.
Stop being silent,
even if it is not perfect or politically correct, you have to speak up,
you have to listen, dance, cry, question everything, laugh, scream, imagine, live.

Alors, me voilà en train de citer Macklemore et même que je passerai l’album demain sur la route, toute benz et golden chains dehors 😀

De quoi se sentir la fille légitime de Queen B.

                           blue ivy formation

.POST POP DEPRESSION. Iggy Pop ET Josh Homme.

Post Pop Depression est le dernier album d’Iggy, sorti le 18 mars et oh bon Dieu y’a du beau monde à la production. J’ai employé « Dieu » car j’enchaine sur Josh Homme, voilà.

Mr. Homme a donc co-financé, co-produit et co-ntacté (<- j’suis trop drôle) Dean Fertita et Matt Helders pour ce 17ème album de Pop. Comment vous dire que du coup on se trouve avec l’influence de Kyuss, Queens of a Stone Age, Eagles of Death Metal, Them Crooked Vultures, The Dead Weather et Artic Monkeys dans un studio en Californie pour enregistrer un album sur le désespoir d’Iggy Pop. Ca la pose là quand même!

 

 

Les joyeux lurons ont mis trois semaines pour l’enregistrer, probablement à grandes gorgées de thé vert, quoique le Bourbon a dû commencer sa course lors de l’enregistrement de VULTURE, 6ème titre de l’opus. MAYDAY WE LOST IGGY.

L’album en lui-même: ma foi, on a perdu Lou Reed et David Bowie, avec eux une partie d’Iggy le sulfureux s’en est allée.
A la fin d’AMERICAN VALHALLA, la phrase répétée « I’ve nothing but my name » m’a beaucoup touchée, je me suis soudainement mise à la place de ce vieux bonhomme, à la vie bien remplie, au corps bien remplie de substances en tout genre, qui l’a bouffée par les deux bouts cette chienne de vie et qui est toujours là. On entend dernièrement plus parler de lui pour ses pubs en faveur d’Amnesty International que pour l’engouement présent dans ses tournées avec les presque reconstitués Stooges. Car oui, ce vieil Iguane à qui la vie a quand même sourit est dorénavant fatigué et ça se sent. Usé, las, il sort quand même cet album des abîmes de son amour pour la musique et il est bon cet album. Josh Homme y a bien mis sa patte, ça s’entend, on a néanmoins le sentiment qu’Iggy Pop s’est exprimé avec toute la nécessité que ça représentait pour lui. Comme si cet hommage a ses potes de galère (maintenant au Valhalla) pouvait se terminer par « tout est dit », c’est bon, je peux voguer sur l’océan du Punk tranquille et vous rejoindre bientôt.

Au milieu de tout ça nous avons la fusillade du Bataclan, après tout Josh Homme aurait pu y rester, et ce monde qui s’évertue à ne pas tourner rond, alors on le comprend ce bon Iggy, on le comprend.

Mon morceau préféré est le dernier « PARAGUAY » (Paragouaï) pour toute la rage qu’on y ressent et même si American Valhalla m’a bien émue pour la similarité à Bowie.

 

enhanced-buzz-29895-1360169585-5

« See u there bitches »

David Bowie was…

« La famille de David Bowie vient d’annoncer sa mort à l’âge de 69 ans, après 18 mois de lutte contre le cancer. »

Aujourd’hui tournent les tops titres : Lazarus, Heros, Under Pressure… Mais ils ne sonnent plus pareil dans mes oreilles. Une pointe de tristesse, une vague de nostalgie et surtout surtout une amertume bien logée au fond de la gorge à l’idée de ne plus jamais entendre de nouveaux live.

David Bowie était un grand homme
David Bowie était un génie
David Bowie était unique
… avant-gardiste
… aimé
… reconnu parmi ses pairs
David Bowie est  une icône qu’on n’est pas prêt d’oublier.

Il est, était, dans le paysage musicale depuis 1971 et y a laissé une sacrée marque, qui ne connait pas Bowie, qui ne connait pas ses frasques, son style, ses pochettes d’albums ?
Qui ne reconnaîtrait pas ses yeux parmi 100 regards, sa voix parmi 1000 chansons?

Je ne vais pas retracer son oeuvre, aussi riche soit-elle, albums, films, causes humanitaires, livres, oui il a donné un sens à sa vie, et permis à plusieurs générations de trouver un sens à la leur. Son charisme a inspiré, joué dans l’indépendance de biens des communautés, c’est sûr. C’est beau.

Je ne vais pas retracer son oeuvre car tout le monde la connait. Toi pro Heavy Metal, toi adepte de Hip Hop, toi qui ne te réveille qu’accompagné de Schubert. La mort de l’homme qui venait d’ailleurs ne laisse personne indifférent et au fond c’est peut être ça être un héro.

                                                                                   epee

 

Je vous laisse passer une veillée avec une bougie allumée, un fond sonore adapté et des citations soigneusement sélectionnées pour que la vie telle que Bowie la voyait fasse son effet.

« We can be heroes, just for one day. »

« C’est le fait de vivre qui m’intéresse, pas le résultat. »

« J’essaie de distraire, merde, pas seulement de monter sur scène et de sortir quelques chansons. Je ne pourrais pas faire ça. Je suis la dernière personne à prétendre être une radio. Je préfère essayer d’être une télé couleur. »

« Je ne suis pas très à l’aise avec les religions institutionnalisées, même si je les ai à peu près toutes approchées. Je ne recherche pas une foi, je ne veux rien croire. Je recherche juste la connaissance. »

« Le passé n’est que le passé. »

« Les paroles des chansons qui sont utilisées à tout bout de champ pour faire des slogans, je m’en méfie. Cela devient trop vite des inscriptions sur des Tee-shirts. Je comprends que l’on ait envie de crier certaines choses, mais je ne suis pas sûr que cela  soit vraiment bon pour les kids qui utilisent ces paroles. (1984) »

System Of A Down, Lyon, 14 avril 2015

Bien , bien, bien. Si on reparlait un peu de ‘Sieur Serj Tankian ? Aller je vous épargne les démonstrations d’Amour intempestives et je vous parle du concert qui a eu lieu à la Halle Tony Garnier le 14 avril dernier. Oui j’y étais, oui c’était cool.

system of a down madame jack
A peu près aussi détendu

C’était cool au sens propre. Un concert de métal reste un concert de métal, mais ils étaient zen sur scène et ça s’est vraiment ressenti dans la salle.
Perso j’ai trouvé ça bien, Wake Up The Souls Tour c’est quand même une tournée prise de conscience pour le 100ème anniversaire des victimes du génocide Arméniens. Sur le site officiel de SOAD ça fait bizarre d’entendre S. Tankian dire « ce qui est important c’est la justice, vous savez, quelqu’un a tué ma famille, brûlé ma maison, on court après eux pendant 100 ans pour finir par s’attendre dire « ah ouais, pardon ». I mean, what does that mean ? » – Le génocide Arménien n’a été considéré en tant que tel #kaamelott que par peu de nations et ne l’est toujours pas pour la Turquie ou même les Etats-Unis, par exemple, une des promesse qu’Obama n’a pas tenue, mais le propos ici n’est pas politique. –
Alors oui, ça touche.
Pour ce concert, pas de première partie mais une vidéo-docu sur le pourquoi du comment du génocide; ça met dans l’ambiance.

(Bon j’ai hésité à vous le mettre ce lien d’une qualité exeptionnelle, mais ça donne une idée 🙂 )

S’en suis 1h45 NON-STOP de sauts, de cris, de joie, de cordes vocales maltraitées et de partage de fluides. Ba ouais, pour être bien placés on donne de sa personne. En parlant de ça, il y avait environ 15 000 métalleux.

Une allégorie.

Une allégorie.

L’orga était au top, on a eu des petits bracelets dans la file pour « marquer » les 1ers arrivés; qui nous donnaient accès à la maxi fosse. Dans la dite fosse, ba vu que c’était plutôt détendu du slip c’était carrément gérable même pour une petite d’1m63 sans genouillère.
Les 3 parties sont passées BEAUCOUP . TROP . VITE.
Personnellement j’ai quand même eu un coup de mou ( = ok ma fille, arrête de sauter, ton coeur est littéralement à la place de ton cerveau tellement ça tape) à la fin de la deuxième partie et à la fin de la troisième partie (se référer au lien ci-dessous. Pour ceux qui n’y étaient pas, le lien est nul, on se rend compte de rien, toussa… mais pour ceux qui y étaient, tout est dit.)

People spinnin’ around, everybody spinnin’ around …

Ca c’est cadeau !

See you le 17 novembre à La Halle (ouh yeah)

Monsieur l’Empereur est enfin là.

Le voici le voiça tant attendu, l’article à quatre mains causant de The Pale Emperor par notre bon Mr. Manson.

Marylin Manson 2015, The Pale Emperor

Salut.

Le 15 janvier dernier, Brian Hugh Warner (eh ouais maggle) sortait son 9ème album, et ce dernier a fait couler de l’encre.

Nous, (le dit Monsieur qui s’y connait et moi-même) ce qu’on en a pensé c’est que le gentleman vieillit et sa musique aussi. Ceci n’est pas forcément négatif, notamment pour la présence de sa voix, plus variée, pure, lancinante qu’auparavant. On a toujours ses 2 ou 3 couches de chants superposés, typiques, ses bonnes saturations dans nos oreilles depuis 1989 et quelques sons sortis de l’espace (Birds Of Hell Awaiting), parce que faut pas déconner, mais le tout amené de manière plus douce.

Cet opus plus sobre que les précédents se veut accessible par les « non-adeptes » tout en titillant la curiosité des fans sur les fondements de sa production.
En parlant de prod, l’évolution est en majeure partie dûe à Tyler Bates, le papa des BO de 300, Watchmen, Sucker Punch, Guardian of the Galaxy, Halloween…  Et, les gars, donner un univers sonore à un comic, c’est pas comme s’occuper des arrangements de Mama Mìa. Ce mec a quand même rendu un album entier de Marilyn Manson écoutable par ma maman, même si c’est pas une référence en matière de musique douce.

On note la variété des titres, ils ont tous leur identité propre. Déjà c’est pas évident, et surtout ça donne envie d’écouter, ré-écouter, comprendre; exactement ce qui fait d’un album, un bon album.
Les tabloïdes ont notamment parlés d’un côté Blues, Marilyn Manson lui-même a dit « Le redneck en moi s’exprime par ma voix, et c’est rempli de vieux blues mélangé à des éléments de hard rock purs ». Alors ok, l’attrait blues le plus probant est dans « Day 3  » (dispo dans la deluxe) version acoustique de « Third Day Of a Seven Day Binge », il marque la volonté du chanteur de s’éloigner du trasho-trash. Nous y avions déjà eu droit avec « Just A Car Crash Away » (Eat me, Drink me) en 2007, la démarche n’ayant pas eu l’effet es-compté étant donné sa voix encore très modifiée post-prod, un son assez peu pur ET des lyrics qui se veulent tout sauf en paix avec soi-même.

Dernièrement, ses paroles sont moins provoques, toujours aussi personnelles, mais on a compris, le vieil ado en colère a laissé place a l’adulte qui subit les réalités de la vie (dixit: décès de sa maman).
Sur ce 9ème album on apprécie la pureté, le retour aux sources (vient de l’Ohio le monsieur). Il a mis du blues dans son Glam pour le plaisir des oreilles sensibles, tout en gardant son ADN.

Extrait préféré de Lou: « Day 3  »

découvert lors de l’écriture de ce post. Acoustique, bluesy, la voix pure, simple du Révérend. Du miel auditif.

Extrait chéri de Mme. J.:

« And I’m not allowed, I’m not allowed, when you look up, what will you see? »

Manson c’est comme le bon vin. (Ou le whisky me dit-on à ma gauche 😉 )

Happy Madame Jack!

Hello !

Bon, mon fabuleux acolyte a un emploi du temps de ministre, donc l’article sur The pale emperor est dans les starting block mais n’a pas encore pris le départ!

Du coup, en attendant et parce que je vous aime bien, je vous ai mis en ligne une petite playlist (faire une playlist via youtube N’EST PAS une bonne idée, mais grooveshark ayant déclaré la guerre à mon pauvre Yosemite je m’y suis résignée).
Forcément, les aléas de Youtube, toussa, la qualité de certain morceau laisse à désirer, la vidéo accompagnatrice est parfois digne d’une recette de crème glacée (#blurbuzz) mais l’idée est là: on se motive.
(ndlr: vous commencez à me connaître, les morceaux dont par exemple « we are the world » ont volontairement été choisi dans la version exposée).

Cette liste de lecture je la passe (parmi tant et tant d’autre) à mon travail, elle n’est pas très longue mais c’est cool.
Pour vous qui peut être ne pouvez pas écouter plus fort que de raison ce que vous voulez sur votre lieu de tâches à but lucratives: c’est une playlist de voiture (un trajet de 2h, parfait! Elle est plus longue mais ça va, je sais que vous allez en zapper!!). Ce moment où plus aucune onde ne passe à part Culture et son effet soporifique, parfait! Madame Jack est là. Bon, faudra avoir mis les morceaux sur un autre support que Youtube, thxCaptainObvious.
Enfin, ces morceaux mis à la suite dans un ordre tout à fait trollesque ne laisseront pas indifférent le copain snob assis à côté.

Woilà!

Note de Little Jack: ça peut carrément faire une playlist de ménage.
Move du booty et crooners. ❤

De l’actu, de l’actu et… de l’actu :)

                                                  Eh salut 🙂

Oui, je sais, ça fait un moment que je n’ai rien publié… Ce n’est pas pour autant que je cesse d’écrire – après tout, vous n’êtes pas suffisamment nombreux pour que ça prenne trop d’ampleur – je peux vous le dire: j’écris un livre, et ça prend du temps (et toute l’inspiration) d’écrire un livre. #surprisedeouf

Ce sera tout pour le pourquoi du comment, aujourd’hui on parle d’actu !!

Alors je sais pas vous mais moi depuis 10 jours j’ai Björk, Mr Manson et des sonorités africanisantes dans les oreilles. Bon ok j’ai fait un petit détour par du funk (thx « Get on Up ») et j’ai renoué avec Junip (thx José Gonzales et « The secret life of Walter Mitty), mais ça c’est pas vraiment tout neuf!

vulnicura blork madame jack
Vulnicura, Björk. La dame en a gros et elle nous le fait bien sentir.
/ ! \ toute personne sortant/ n’ayant pas fait le deuil d’une relation/ ayant des tendances à se-morfondre-en-pensant-à-tous-ces-bons-moments-qui-n’auront-plus-jamais-lieu -> va prendre cher à l’intérieur de ses tripes, rapport aux paroles.
Avertissement passé; l’ islandaise comme à son habitude se sert de sa musique comme exutoire. Chacun son truc, perso je trouve ça vachement plus sain que le porn revenge ou les bouquins de 300 pages à but lucratif.

On passe donc d’une ode « non ne t’en va pas » à… une avalanche d’insultes. Le tout ponctué de « ça y est, je vois tes défauts tels qu’ils sont », bref, une rupture. Bon quand même elle avait passé 15 ans avec ce monsieur un peu noir a l’art particulier (Matthew Barney) et lui avait donné une petite fille, on comprend qu’elle soit deg’ la belle. Pour ce qui est des sonorités, ben, je suis une inconditionnelle de Björk, donc je ne suis pas objective. Je peux seulement vous dire que moi ça me touche, je passe par différentes émotions (c’est pas les montagnes russes, plutôt la chenille pour enfants avec une barbe à papa à l’arrivée) et c’est bien tout ce qu’on demande à un album :).
Pour l’écoute, vous aurez du mal à le trouver illégalement (bon, j’ai bien vu trainer une vidéo UTiube de 48min et quelques, mais je ne mettrais pas le lien, c’est mal. Pi sinon à chacun sa relation aux torrents).

the pale emperor manson madame jack
The Pale Emperor, Marilyn Manson. Là, on en parlera prochainement dans un article écrit à quatre mains avec un jeune homme même qu’il s’y connait en désossé à lentilles.

Je vous mets juste mon titre préféré et vous invite à écouter l’opus en entier.

C’est moins trash, mais je vous dit, on en parlera.

Mi Mandela, Idris Elba. Bon, en fait, je me suis bien faite avoir, le bellâtre ne chante que sur une chanson. Il n’est « que » producteur. Cela dit ça m’a suffit pour écouter maintes fois l’album en remuant mon booty avec mon aspirateur.

Madame Doubtfire danse madame jack

Si vous suivez un peu la carrière… ouais bon en fait, juste si vous sortez un peu de votre boite mails et de vos magazines de pêche vous n’avez pas loupé le fabuleux film « Mandela: long walk to freedom » dans lequel notre futur 007 (#goIdris007) incarne Madiba. Dans la promo de son album (pas folichone mais suffisante) il nous explique que ce rôle l’a particulièrement touché et qu’il s’est senti poussé par toute cette énergie pour la retranscrire en musique. (Il l’a entièrement enregistré en Afrique du Sud avec, disons, de petits moyens.)
On a entre autre la participation de Jay Z, de Mumford and Sons (là je suis obligée de vous mettre cette vidéo, qui datte et qui n’a rien à voir mais dont je ne me lasse pas) et beaucoup d’autres.

Je vous mets le titre où on l’entend parce que je suis pas ingrate!

Eh bé, ça fait un bon pavé… si vous êtes arrivé jusque là, calin, parce qu’en plus il fait froid.
calin ours madame jack

                                                          ❤

PS: faudrait que je vous parle de la blogothèque… faudrait.

Black Rebel Motorcycle Club – Lose Yourself

black rebel motorcycle club

Une bien belle musique vidéo (oui je parle comme les hipsters, en francisant, j’assume complètement), c’est sooo 2013 d’employer le mot « clip ». Sérieusement, c’est vraiment une vidéo à proprement parler, Kate Arizmendi nous a donné un trailer :

http://www.katelinarizmendi.com/king-nevada

Et voilà donc le résultat:

https://www.facebook.com/video.php?v=10153410789933761   (pour l’instant je n’ai que ça comme source)

 

Tout doux. Bisou.